Expérience verte #4 : Je découvre les vertus cosmétiques de l’huile de chanvre

Bonjour à tou-te-s !

Aujourd’hui, c’est avec un article sur l’huile de chanvre que je vous retrouve. J’avais pour habitude, les années passées, d’utiliser de l’huile de noix de coco, qui présentait l’avantage d’être peu chère et multi-fonctions. Elle permettait un bon démaquillage (à l’instar de toutes les huiles végétales, ou presque), une nutrition satisfaisante des cheveux (à noter qu’il existe de nombreux types de cheveux différents et à ma connaissance, l’huile de coco peut-être asséchante pour certains) et de la peau. Le tout couronné d’une délicieuse odeur (lorsque j’en appliquais sur le corps je trouvais que je sentais le biscuit).

Cependant, j’avais déjà été interpellée à l’époque par la certification « vegan » qui apparaissait sur le pot que j’achetais. Je me souviens avoir pensé pendant un moment, qu’il s’agissait de marketing pur et simple. (Oui, parce que les produits végétaliens de base comme les compotes, va falloir arrêter de les certifier véganes pour se faire plus d’argent dessus. #CapitalismeVégane – Tu me diras, vu qu’on trouve parfois de la cire d’abeille autour des pommes …)  Et puis un jour, je suis tombée sur une vidéo qui montrait des singes domestiqués et exploités pour aller cueillir les noix de coco dans les arbres. (D’où la certification végane.) J’ai donc fait des recherches et j’ai ainsi découvert que les travailleurs et les travailleuses du secteur étaient eux-mêmes exploité-e-s de manière atroce et c’était pourquoi elles et ils se retrouvaient à utiliser des singes dans leur travail. Je ne suis pas spécialiste de la question (comme je te dis toujours, Ecosia est ton ami-e) mais de ce que j’ai pu lire, ces conditions de travail sont notamment dues à la demande croissante en Occident de produits dérivés de la noix de coco et notamment de son huile. Alors je te mets ici un article de La Coquette Ethique qui résume pas mal la question. 

Pour ma part, si je suis ici pour te parler de l’huile de chanvre c’est parce que, comme tu t’en doutes, après toutes ces découvertes, j’ai cherché une alternative éthique à ma regrettée huile tout-en-un. Et tant qu’à faire, j’ai préféré me diriger vers une huile locale, qui ne soit pas produite à l’autre bout du Monde.

Le chanvre est cultivé en France et présente la singularité de ne nécessiter aucun additif. Je te mets ici un lien où tu trouveras moult informations à propos des avantages écologiques du chanvre.

https---d3atagt0rnqk7k.cloudfront.net-wp-content-uploads-2015-07-29195354-hemp-101-what-is-hemp-whats-it-used-for-and-why-is-it-illegal.jpg
Oui, c’est bien du chanvre.

J’utilise cette huile depuis plusieurs semaines, et, s’il est certain que nous n’avons pas tou-te-s le même type de cheveux ni de peau, je vous recommande tout de même de la tester.

S’il s’agissait de la consommer dans son alimentation (ce n’est pas une huile connue pour son goût raffiné, je préfère te prévenir), on pourrait dire qu’elle est relativement chère (celle que j’ai achetée m’a coûté 10,99 € les 25 cl). Mais lorsque l’on réfléchit en terme de cosmétiques, compte tenu de tout ce que cela permet de remplacer et sachant qu’elle me durera sans doute de longs mois (peut-être un an, qui sait ?), je trouve son usage plutôt économique. (J’ai bien sûr conscience que, bien que ça dure longtemps et que ce soit économique à long terme, une telle somme relève quand même d’un investissement que tout le monde ne peut pas se permettre.) Je stocke la mienne dans un petit flacon pompe en verre dans laquelle se trouvait une autre huile végétale (je l’ai finie, hein, je ne l’ai pas jetée dans l’évier) et je place la grande bouteille avec le reste de l’huile au réfrigérateur (merci à la personne qui m’a appris que ça permettait de conserver au mieux les propriétés des huiles).

Mais venons-en au faits, quels usages peut-on faire de l’huile de chanvre ?

  • L’huile de chanvre présente l’avantage d’être non-comédogène, ce qui la rend tout à fait adaptée au visage. J’en applique chaque matin une pompe (si tu souhaites te maquiller ensuite, n’en mets pas trop) et chaque soir deux ou trois pompes sur mon visage afin de nourrir ma peau (sèche en ce moment). Je dois quand même vous prévenir que, si à titre personnel j’adore l’odeur, ce n’est, pour beaucoup de personnes, pas le cas.
  • Elle peut également être utilisée en bain d’huile, sur les cheveux lisses tout du moins (concernant les autres types de cheveux, je ne saurais rien t’affirmer). Il suffit d’en mettre suffisamment au creux de sa main (tout dépend de la longueur de tes cheveux et de leur quantité) et d’en appliquer sur les longueurs ; j’aime bien passer ce qu’il reste sur les racines (un bain d’huile somme toute très classique) et laisser poser plusieurs heures, tout une nuit ou si je peux toute une journée, voire deux.
  • Comme toutes les huiles végétales, l’huile de chanvre fait un très bon démaquillant. Elle est un peu épaisse, alors il est conseillé de la chauffer un peu dans ses mains au préalable. Je tiens quand même à rappeler qu’en cas de galère, toute huile utilisée en cuisine peut être utilisée pour le démaquillage.
  • Si elle sert à nourrir la peau du visage, l’huile de chanvre peut également être appliquée sur le corps. Ai-je besoin d’en dire plus ? Peau douce garantie !

C’est terminé ! J’espère que cet article t’a plu et qu’il t’a donné des pistes pour remplacer les huiles qui viennent de l’autre bout du globe. N’hésite pas à partager si c’est le cas, à nous dire en commentaires si tu as testé ou veux tester l’huile de chanvre, et sinon quelle huile végétale tu utilises.

I send you hemp vibes,

E.

 

Expérience verte #1 : Je fabrique ma lessive : la recette la plus simple du Monde

Bonjour à tou-te-s,

Je vous retrouve aujourd’hui pour la première de nos « Expériences vertes ». (Il était temps, je te signale quand même que c’est dans le nom de ton blog.)

Depuis quelques temps maintenant, je m’intéresse aux produits ménagers faits-maison mais je n’avais jamais vraiment franchi le pas. Alors quand je me suis retrouvée avec un panier à linge plein à ras bord, plus une goutte de lessive et l’impossibilité d’en acheter, j’ai sauté sur l’occasion. J’ai cherché plusieurs recettes sur Internet, mais comme toutes nécessitaient des ingrédients que je n’ai pas chez moi, j’ai rapidement étudié la question et je me suis donc décidée à concocter ma lessive, avec les ingrédients que j’avais à disposition. Et je peux vous garantir que vous ne trouverez pas plus simple et économique !

Les ingrédients :

  • Du savon de Marseille (Je vous recommande vivement d’éviter les composants chimiques.)
  • Du bicarbonate de soude
  • De l’eau

C’est tout ce dont vous aurez besoin (ainsi que d’un peu d’huile de coude pour râper le pain de savon). Par ailleurs, je cherche depuis un moment maintenant un savon de Marseille qui soit à la fois biologique et sans huile de palme, alors si vous savez où en trouver, merci de nous en faire part en commentaire.

Passons maintenant aux différentes étapes :

  • Vous pouvez trouver le savon de Marseille directement sous forme de copeaux mais si comme moi vous en avez un bloc à la maison (je trouve qu’il s’agit du meilleur nettoyant pour le corps et le visage), coupez-en un gros bout et râpez le. Cette étape peut prendre un peu de temps, j’en profite donc pour en préparer à l’avance.50474517_325357238106220_1354359628317589504_n.jpg
  • Placez dans une casserole deux verres de copeaux de savon de Marseille pour quatre verres d’eau. Faites chauffer en augmentant petit à petit le feu pour faire fondre le savon.
  • Ajoutez pour terminer trois cuillères à soupe et demie de bicarbonate de soude.
  • Remuez bien afin d’homogénéiser le tout.
  • Versez dans le contenant de votre choix.
  • Dégustez ! (Non, je rigole. Ne faites pas ça !)

Si le savon s’est solidifié dans la bouteille, pensez à la secouer avant usage.

50892409_629695754116230_3623912586241638400_n.jpg

C’est déjà terminé. Une fois que le savon est râpé, la préparation se fait rapidement. Je conserve pour ma part les copeaux de savon dans des pots en verre préalablement stérilisés que je place dans un endroit sec.

J’espère que vous reproduirez cette recette, qu’elle vous permettra de faire des économies et une réduction de vos déchets, et que vous apprécierez vous glisser dans vos vêtements propres.

N’hésitez pas à nous donner votre avis sur la recette en commentaires et à partager l’article si la recette vous a plu.

I send you clean vibes,

E. (et merci à C-R pour les photos)

Les Labiorantines

Végéta*isme et carences #2 : La vitamine B12

(Suite à des erreurs de ma part, voici la version corrigée de cet article publié hier. Merci à tou-te-s les membres du groupe Vive la B12 ! pour leur aide et leurs sources précieuses. Je vous conseille donc, si vous avez déjà lu cet article, de le relire, afin de ne pas assimiler de fausses informations.)

Bonjour à tou-te-s,

Je vous retrouve aujourd’hui pour le deuxième article de la catégorie « Végéta*isme et carences » parce que nous sommes samedi aujourd’hui (enfin tu liras peut-être cet article un lundi ou un mercredi, tu vois l’idée) et chez moi, c’est le jour de prendre ma B12.

Si tu es végétarien-ne, végétalien-ne ou que tu t’intéresses simplement à ces régimes alimentaires, tu as certainement déjà entendu parler de la B12. Il s’agit d’une vitamine essentielle entre autres au bon fonctionnement du système nerveux, et si tu veux en savoir plus, je te laisse encore une fois faire tes petites recherches sur le sujet (sur Ecosia, pas Google).

L’une des caractéristiques de la vitamine B12 est qu’elle ne peut être produite ni par les végétaux, ni par les animaux. Et pourtant elle nous est indispensable ! Alors comment l’ingère-t-on ? La vitamine B12 est produite principalement par les micro-organismes présents dans le rumen des ruminants (ou dans le caecum de certaines espèces animales) grâce à leurs organes digestifs qui favorisent une longue fermentation. C’est donc en consommant ces ruminants que nos apports en B12 ont été satisfaits par le passé (mais comme je suis loin d’être calée sur le sujet je te recommande – encore une fois – la barre de recherches Ecosia). Concernant les cochons qui comme nous sont des omnivores, ils sont supplémentés en vitamine B12 pour compléter l’alimentation totalement végétale qui leur est imposée dans le cadre de certains élevages ; les volatiles qui trouvent leur vitamine B12 principalement dans les insectes qu’ils mangent, sont aussi complémentés par les éleveurs et les éleveuses. La vitamine B12 est très rare dans les sols, et la consommation de terre (sur des épluchures de légumes par exemple), en plus de présenter des risques pour les humain-e-s, ne pourrait jamais combler nos besoins.

Attends … non ! On ne veut pas manger les animaux nous, puisqu’on peut faire autrement !

En effet, on peut tout à fait se passer de chair animale et ne pas manquer de B12, et l’unique moyen pour cela, c’est de se complémenter. Par ailleurs, si tu consommes toi-même de la chair animale (et surtout si tu n’en manges pas très régulièrement), une supplémentation en B12 est tout de même recommandée. Un nombre important de personnes sont carencées car leur consommation de produits issus de l’exploitation animale n’est pas suffisante pour remplir leurs besoins journaliers (si tu en consommes, ce n’est pas une raison pour en consommer davantage, supplémente-toi, c’est mieux. Si, si, je te jure.)

B12-la-vitamine-de-la-compassion-BD5-1.png
Planche tirée d’une B.D réalisée par Bac Chu-vu pour la Fédération végane. La découverte des cristaux de B12 en 1947 a rendu possible une alimentation végétalienne et équilibrée.

Il existe différents types de vitamine B12 mais il est recommandé d’utiliser de la cyanocobalamine (photographie simplement le mot dans ta tête, ça ira). Il est indispensable d’utiliser des compléments. Il existe également des aliments enrichis, mais c’est tout de même moins économique.

J’insiste vraiment sur la nécessité de se complémenter parce que les conséquences d’une carence prolongée en B12 peuvent être désastreuses. Cela peut également entraîner une carence en fer (je te mets ici l’article que j’ai écrit sur la carence en fer et sur comment l’éviter). De plus, la carence en B12, si elle est prolongée est difficilement réversible, mais ce n’est bien sûr pas impossible. (Si tu es inscrit-e sur le réseau social au logo bleu foncé qui collecte nombre de nos données personnelles, je te recommande le groupe « Vive la B12 ! », où tu trouveras -entre autres- nombre d’informations pour gérer une éventuelle carence.)

Concernant les endroits où trouver les suppléments, je les achète pour ma part dans un magasin végane (si tu n’en as pas près de chez toi, tu en trouveras probablement en magasin bio, sinon en ligne). Tu peux également en trouver en pharmacie mais la seule fois où je l’ai fait (en sachant que toutes les pharmacies n’en vendent pas, d’après mon expérience), je me suis retrouvée avec du lactose dans mes compléments (Il va vraiment falloir m’expliquer pourquoi les industriel-le-s en mettent littéralement partout). Certaines B12 peuvent également être testées sur les animaux.  Je sais qu’il existe des laboratoires de B12 indépendants des grands laboratoires pharmaceutiques mais je ne les connais pas vraiment. Si tu es au courant, je t’invite à nous le dire en commentaires.

Selon les compléments que l’on choisit de se procurer, il faut en prendre tous les jours, toutes les semaines, ou toutes les deux semaines, c’est à vous de voir, en sachant que les apports journaliers recommandés sont de 10μg pour un-e adulte. Il est possible de choisir entre les posologies suivantes : 10μg par jour, 2000μg par semaine ou 5000μg toutes les deux semaines (au plus les prises sont espacées, au plus elles doivent être importantes).

Il est également à noter qu’une surdose de B12, qui n’est bien entendu pas recommandée mais qui est très rare, ne présente pas de risques.

Pour terminer, je souhaite vous partager une information géniale et essentielle, car j’ai bien conscience que l’argent peut être un frein au végétalisme (je suis en train de t’écrire un article sur des astuces pour manger végéta*ien avec peu d’argent) et qu’il est de manière générale compliqué d’avoir une alimentation équilibrée lorsque l’on vit dans la précarité. C’est pourquoi la Fédération végane propose de distribuer « discrètement et gratuitement » (d’après cette page du site de l’association) de la vitamine B12 aux personnes rencontrant des difficultés financières. Il faut pour cela faire une demande sur la boutique en ligne. Je vous invite fortement à diffuser cette information importante à votre entourage. Pour ma part, j’utilise une vitamine B12 qui me coûte environ 10€ et qui me dure plusieurs mois. (Il s’agit de la Veganicity, avec un comprimé par jour ou un comprimé par semaine, selon le dosage que l’on choisit. Je ne donne normalement pas de marques, mais là c’est vraiment très important.) Tu peux également trouver des cocktails de compléments contenant de la vitamine B12. (La Veg1, qui est d’ailleurs distribuée par la Fédération végane, est souvent recommandée – à titre personnel, j’ai trop de mal avec le goût.)

C’en est fini de mon petit exposé sur la vitamine B12. N’oubliez pas que je ne suis pas une professionnelle de la santé et qu’en cas de doute ou de problème il est très très très (très très) fortement recommandé de consulter un-e spécialiste.

Si cet article t’a plu et te semble utile, je t’invite à le partager, afin que plus personne n’utilise de spiruline comme source de B12.

Je te mets ici un article très utile.

Prends ta B12 !

I send you cyanocobalamin vibes,

E. (merci aux membres du groupe Vive la B12 ! pour leur aide et leurs riches informations et un grand merci à J-B F. pour sa précieuse et attentive relecture. )

Défi vert #1 : Soyons gourdes !

Bonjour à tou-te-s !

Et bienvenue dans la nouvelle catégorie des « Défis verts ».

Actuellement dans le Thaylis en direction d’Allemagne, je viens de réaliser que j’ai oublié de prendre ma gourde fétiche et, de dépit, je lance des regards mauvais à cette horrible bouteille plastique que je me suis résolue à acheter dans le wagon-restaurant (acheter de l’eau non mais quelle idée franchement quand on y pense … ).

Vous me voyez venir avec mes gros sabots, je vais essayer de me passer entièrement de bouteilles en plastique dès mon retour d’Allemagne (je te mets ici un lien sur l’empreinte environnementale des bouteilles en plastique). C’est pour cela que je vous partage une liste (non exhaustive) d’astuces pour premièrement ne jamais oublier sa gourde, et deuxièmement, savoir survivre quand on l’a malgré tout oubliée.

  • Première astuce : Soyons sales !

Votre gourde fait partie intégrante de votre sac : ne l’en faites jamais sortir (sauf pour boire, obviously). Vous l’utilisez depuis deux semaines ? Et alors ! De toute façon vous êtes la-e seul-e à boire dedans (plus les ami-es mais elleux c’est la miff ça ne compte plus, vos microbes sont leurs microbes). À la rigueur vous la rincez avec de l’eau quand vous la remplissez MAIS PAS PLUS ! Il ne faudrait pas gaspiller trop d’eau … De cette manière, impossible de l’oublier lorsque vous sortez, puisqu’elle est déjà dans votre sac!

  • Deuxième astuce : Entourons-nous de gourdes !

On achète (je n’aime pas ce verbe, mais je me vois mal fabriquer une gourde, mes talents s’arrêtent avant) plusieurs gourdes, de toutes les tailles, de toutes les couleurs, de toutes les formes. Trois gourdes par personne ça me paraît raisonnable (et puis ça permet de ne pas devoir appliquer l’astuce n°1 trop régulièrement et de faire tourner les gourdes pour les laver). Vous avez trois sacs ? Ayez trois gourdes ! Le risque d’oubli se réduit. (Après si tu t’organises bien avec une gourde, ne te sens pas obligé-e d’aller claquer ton argent pour suivre mes conseils à la lettre.)

  • Troisième astuce : La méthode chameau.

Cette méthode, peu fiable et personnellement jamais testée, sert néanmoins à certain-e-s de mes ami-e-s. Il s’agit de boire comme un trou (de l’eau bien entendu) avant de partir de chez soi et d’ainsi ne pas avoir soif une fois dehors. Bon, je vous l’accorde, le taux de réussite dépend de beaucoup trop de facteurs (allant de la personne elle-même, passant par la durée de l’expédition jusqu’à la nature de cette sortie – déconseillée pour les treaks de six jours en haute montagne) pour garantir sa fiabilité. Mais pourquoi ne pas essayer ?

On passe maintenant au cas où « J’ai oublié ma gourde ». Que faire ?

  • Quatrième astuce : Achète une gourde à chacune de tes sorties et ouvre un musée.

La meilleure option reste à présent … la gourde ! Eh oui, au lieu d’acheter une énième bouteille d’eau, pourquoi ne pas racheter une autre gourde ( je pense qu’on n’en a jamais assez) ? Il suffit de demander ensuite dans un restaurant qu’ils la remplissent. Je le fais très souvent (de demander dans un restau’ qu’on remplisse ma gourde, pas d’en racheter une ) et je n’ai jamais eu un seul refus (iels n’ont pas le droit de refuser, je crois). Le problème reste que les magasins de gourdes ne sont pas légion et que je pense que peu de gen-te-s peuvent se permettre de dépenser, sans l’avoir prévu qui plus est, le budget d’une gourde à chaque oubli.

  • Cinquième astuce : Abuse de la gentillesse des commerçant-e-s.

Retourne voir le restaurateur ou la restauratrice de tout à l’heure et demande lui un verre.

  • Sixième astuce : Celle que je n’aime pas.

Si vraiment acheter une bouteille en plastique se révèle l’unique solution, achète ta bouteille satanique mais avec à l’esprit une idée pour la recycler de manière intelligente comme une boîte à bijou personnalisée (qu’est ce qu’il ne faut pas dire misère !) ou un bocal pour le riz ou… Wie du willst ! Ma grande-tante les gardait pour entourer les plantes de son jardin avec (je témoigne, c’était très laid) car sinon les biches mangeaient les jeunes pousses (situation bretonne typique). Mais si tu habites en ville cette situation ne te concerne pas vraiment.

  • Septième astuce : On ne boit pas et on meurt.

Ai-je besoin d’en dire plus ?

Voilà ! J’espère que cet article vous a plu et qu’il pourra vous servir et vous inspirer. N’hésitez pas à partager vos excellentes idées en commentaires !

Sur ce .. Tschüß !

A.

PS : Essayez, si vous le pouvez, de favoriser les gourdes en verre, en métal ou en inox. Elles dureront plus longtemps que les gourdes en plastiques et nuiront moins à votre santé – et à l’environnement !

Histoires d’utérus #2: Tout sur la coupe menstruelle

Bonjour à tou-te-s!

Je vous reviens aujourd’hui pour le second article des « Histoires d’utérus » (J’ai pas tardé, je sais. Mais j’avoue que le sujet me passionne assez.) et c’est pour vous parler de la fameuse, de la formidable, de la révolutionnaire coupe menstruelle.

J’ai appris l’existence de la coupe menstruelle, communément appelée la cup, il y a quelques années déjà, alors que le net commençait à voir fleurir tout un tas d’articles et de vidéos vantant les mérites de ce mode de protection périodique. Je ne l’ai pas utilisée tout de suite et ça ne fait que depuis janvier dernier que je suis devenue adepte de la chose. C’est donc avec un recul de onze cycles, soit approximativement 55 jours d’utilisation, que je viens vous en parler.

Je tiens à rappeler que je ne suis ni doctoresse, ni gynécologue, ni sage-femme et que je ne livre ici que le fruit de mes expériences et de mes recherches.

Mais avant tout, la cup, qu’est-ce que c’est?

Parce que même si son utilisation se démocratise de plus en plus (on peut maintenant en trouver en supermarché), j’ai conscience qu’elle reste méconnue de pas mal de gens. Et c’est tout à fait normal, car personne n’a encore vu de publicité pour la coupe menstruelle à la télévision ou dans la rue (Tu veux arrêter de donner ton argent à des entreprises qui s’en balancent de ta santé et qui détruisent l’environnement? Adopte la coupe menstruelle! *insert le dessin d’une cup remplie de sang rouge, pas bleu*). Alors laissez-moi vous livrer une brève explication.

La coupe menstruelle est une protection périodique faite de silicone médical qui s’introduit dans le vagin, afin de récolter le sang des règles.

Voilà, c’est pas plus compliqué que ça! Du coup je te mets une photo en-dessous pour que tu aies une meilleure idée de ce à quoi ça ressemble, si tu n’en n’as jamais vu.

misscup-cup-menstruelle-rose-misscup-32

(Et là c’est le moment où, si tu as un vagin et que tu ne connais pas la coupe menstruelle, tu te dis : « Mais comment je vais faire rentrer ça? » Ne t’en fais pas, je t’explique tout dans les lignes qui suivent.)

La coupe menstruelle se place donc à l’intérieur du vagin grâce à différents types de pliage. Vous pourrez trouver diverses méthodes sur Internet (Si tu ne sais pas comment on fait, il suffit de taper « Comment mettre une coupe menstruelle ? » sur Ecosia et de cliquer sur le premier lien, ça devrait aller. Je vais quand même pas tout faire pour toi !). Pour ma part, je pince ma cup au milieu, pour lui donner une forme de U et je la glisse dans mon vagin, comme un tampon (avec cependant le soulagement de ne pas insérer du chlore et de la dioxine dans la partie la plus perméable de mon corps). C’est possible de tout de suite sentir la cup se déployer, mais elle reste généralement pliée, à cause de l’effet ventouse des parois du vagin. Il suffit alors de la tourner (ou d’utiliser une autre méthode, selon ce qui nous convient le mieux, mais tout ça vient avec la pratique) pour qu’elle se déplie et puisse ainsi recueillir le flux menstruel. Elle se retire en pinçant l’extrémité avec deux doigts afin d’annuler l’effet ventouse et se vide dans les toilettes ou dans la douche (de préférence – mais je te dis ça, après tu la vides où tu veux, hein.)

http---www.femininbio.com-sites-femininbio.com-files-2016-04-meluna.png

La cup, comme les tampons d’ailleurs, peut être assez longue à apprivoiser pour certaines personnes. Il se peut même qu’elle ne vous soit pas adaptée (et ce n’est vraiment pas grave), mais généralement, ça devient facile après trois ou quatre utilisations. Il existe d’ailleurs différentes tailles de cup, les marques en proposent généralement deux : une plus petite pour les personnes n’ayant jamais accouché par voie basse et/ou ayant des règles peu abondante, et la seconde plus grande, pour les personnes ayant déjà accouché par voie basse et/ou ayant un flux abondant. Il faut alors choisir celle qui nous conviendra le mieux (et si tu te trompes la première fois, tu peux très bien réessayer avec une autre taille, au final ça te reviendra toujours moins cher que des protections « conventionnelles » ). Même si une cup bien placée n’est pas supposée laisser passer de fuites, il peut arriver de se retrouver en fin de journée avec une petite tâche de sang au fond de sa culotte (ou de son string, de son shorty, de son tango  de son caleçon, chacun-e fait bien ce qu’iel veut – je trouve quand même que pendant les règles rien ne vaut la vieille culotte en coton toute détendue) ; il suffit de prendre des précautions et de mettre un protège-slip ou une serviette (lavable, c’est encore mieux !).

Et afin d’éviter les risques d’infection, il est important de nettoyer à chaque fois sa cup avant de la remettre, de se laver les mains avant de la mettre et de la retirer et de bien la stériliser dans de l’eau bouillante au début de chaque cycle.

Les avantages de la coupe menstruelle

Comme vous l’aurez compris, j’aime beaucoup la coupe menstruelle. Je vais donc lister ici, et de manière non exhaustive, les principaux avantages que je lui trouve.

    • La cup, c’est bien plus écologique que les tampons : Je compare ici la cup aux tampons car il me semble que c’est le type de protection « conventionnelle » qu’elle permet de remplacer. Elle présente les mêmes avantages, c’est-à-dire principalement la discrétion et la possibilité de faire du sport avec, notamment de la natation, mais sans les inconvénients (dont je te parle un peu plus bas). Et si selon le site Fleurcup une personne réglée est amenée à utiliser en moyenne plus de 12 000 tampons et plus de 12 000 serviettes jetables dans sa vie (tampons et serviettes jetables non-recyclables et fabriqués dans des conditions extrêmement polluantes pour la plupart), une cup bien entretenue ne se change que tous les dix ans. Que de déchets évités!
    • La cup, c’est économique : Toujours selon le même site, les personnes réglées dépenseraient en moyenne, au cours de leur vie, 2400 € en tampons et autant en serviettes jetables. En-dehors du fait que les protections périodiques devraient être gratuite, mais ne partons pas sur ce sujet-là, une coupe menstruelle coûtant entre 15 et 30 €, si on en utilise quatre au cours de sa vie (une cup qui dure dix ans, quarante ans de sa vie avec des règles tous les mois – sauf périodes exceptionnelles comme la grossesse et les mois qui suivent), le budget variera entre 60 et 120 €. On est loin des 4800 €.
    • La cup, ça permet de mieux comprendre son corps : Comme vous pouvez voir sur le dessin plus haut et comme vous le savez sans doute déjà (et si tu le savais pas c’est pas grave, maintenant tu sauras), le vagin n’est pas tout droit, mais un peu incurvé. Alors pour ma part, j’étais au courant, mais c’est vrai que la cup permet de bien s’en rendre compte. Puisqu’il faut, pour la retirer, mettre le bout de ses doigts dans son vagin pour la pincer, je trouve qu’elle permet de bien appréhender son corps. Également, elle m’a permis de me rendre compte de la quantité de sang que je perds pendant mes règles (qui est bien moindre de ce que peuvent laisser penser les serviettes) et si je n’étais personnellement pas répugnée plus que ça par mon sang, je comprends maintenant que ça n’a vraiment rien de dégoûtant (je trouve ça même particulièrement stylé d’avoir un corps qui a des règles – j’attends quand même pas cette période avec impatience chaque mois, abuse pas.)
    • La cup, c’est meilleur pour la santé : Ces dernières années, le grand public a été informé de la composition particulièrement nocive des tampons, qui n’est d’ailleurs pas affichée sur les boîtes de protections « conventionnelles ». De la dioxine aux dérivés de chlore en passant par le glyphosate (oui l’hercide qui tue les abeilles, tout à fait), c’est un vrai cocktail chimique que l’on met à l’intérieur de notre corps, les muqueuses, et particulièrement celles de notre vagin, étant la partie la plus perméable du corps. (Ça donne envie, n’est-ce pas?) Le port prolongé de tampon a également donné lieu à de nombreux cas de Syndrome du Choc Toxique (je te mets un article ici pour comprendre la chose, en attendant de te faire un article dessus – ou pas) et, si la cup n’empêche pas de le contracter, elle réduit très grandement les risques (n’oublie donc jamais de changer de tampon toutes les quatre heures ou de vider ta coupe menstruelle toutes les six heures). Pour finir avec les effets sympas du tampon sur le corps, il faut savoir qu’il peut également provoquer notamment des mycoses (oui le truc qui te démange l’entrejambe au point que tu évites de sortir de chez toi quand t’en as), car il absorbe toutes les sécrétions vaginales et créé ainsi des sécheresses vaginales (un autre truc sympa) qui favorisent les irritations et les micro-traumatismes qui aident au développement des mycoses. La cup protège en revanche la flore vaginale en ne récoltant que le sang menstruel.
    • La cup, ça permet de récupérer son sang pour en faire des choses formidables : Je t’en parlais rapidement dans l’article précédent, mais il existe des artistes qui utilisent leur sang menstruel pour peindre. Si c’est un projet, vous pouvez tout à fait vider votre cup dans un bocal et attendre – ou pas – la fin de votre période de règles pour vous lancer dans votre création. Pour ma part je ne sais pas peindre mais il faut que j’avoue, et s’il-vous-plaît, dites-moi que je ne suis pas la seule à penser ça, que lorsque je vide ma cup dans mes toilettes, je trouve que le sang qui se dilue dans l’eau et qui fait des formes étranges sur les parois, c’est vraiment très joli (on ne juge pas, chacun-e se réapproprie son corps comme iel peut). Le sang menstruel est par ailleurs un puissant fertilisateur, donc rien n’empêche de l’utiliser, mélangé à de l’eau, pour aider vos plantes à pousser. Je doute que vous réussirez à arroser votre potager entier, mais je trouve ça génial ! (Et si ça te dégoûte, rappelle-toi qu’on utilise des excréments de chevaux pour nourrir ses plantes.) Pour finir, rien ne vous empêche d’utiliser ce sang récolté dans le cadre d’une action féministe ; je vous laisse l’imagination libre à ce sujet.

Les inconvénients de la coupe menstruelle

Après vous avoir dressé un portrait unilatéral de la coupe menstruelle et de ses moult vertus, laissez-moi vous partager les quelques inconvénients que je lui trouve.

  • La cup ne protège pas du Syndrome du Choc Toxique : Je me répète sans doute, mais ce point-là, que ce soit concernant les tampons ou concernant la cup, me semble primordial. La cup réduit les risques de contraction du Syndrome du Choc Toxique mais elle ne les annule pas complètement. Le Syndrome du Choc Toxique est lié à la prolifération du Staphylocoque doré (je te laisse faire tes petites recherches) qui est favorisée par la stagnation du sang dans le vagin. Afin d’éviter cela, il est très très très (très très très) important de vider et de rincer sa cup toutes les six heures (et pas toutes les douze heures comme on croyait au début). Pour ma part, j’ai commencé à l’utiliser en pensant qu’il était sans danger de la vider toutes les douze heures et, même si la journée je la nettoyais plus souvent, il m’arrivait de la garder toute la nuit. J’ai dorénavant opté pour des serviettes lavables la nuit, qui permettent en plus au vagin de « se reposer » un peu.
  • La cup n’est pas pratique à changer dans les lieux publics : Puisqu’il est important de rincer régulièrement sa coupe menstruelle au cours d’une journée, il faut avoir accès à un point d’eau. Et comme vous aurez remarqué, les toilettes publiques, hormis celles réservées aux personnes handicapées, ne possèdent pas de lavabos à l’intérieur des cabines individuelles. Je vais donc vous livrer ma petit technique pas si secrète que ça, puisque je me doute que personne n’a envie de vider son sang en public, tout ça par souci de civilité. J’emporte donc toujours une petite bouteille d’eau dans mon sac. (Le genre de petite bouteille en plastique que tu t’es retrouvé-e à devoir acheter d’urgence – mais comme t’es écolo tu t’es dit que tu la garderais, sauf que t’as pas envie d’avaler des résidus plastiques dans une bouteille vieille de trois semaines. Maintenant tu sais quoi en faire !) Une fois ma cup vidée et l’oeuvre d’art qui en résulte observée, je verse un peu d’eau à l’intérieur et je frotte afin de faire partir le sang.
  • La cup peut faire mal si elle est mal positionnée : La plupart des personnes réglées ont certainement déjà expérimenté la sensation du tampon mal placé (appelée aussi la pire sensation au monde, juste avant le petit doigt éclaté contre un coin de canapé) ; avec la cup, c’est à peu près pareil. Je vous conseille donc d’apprendre à bien la placer et d’être à l’aise avant de sortir avec. Comme avec les tampons, un peu de pratique et de persévérance sont nécessaire si vous avez envie d’utiliser la coupe menstruelle.
  • La cup n’est pas adaptée à tout le monde : C’est bien possible que la coupe menstruelle ne vous convienne pas. Si après de nombreuses tentatives ça ne fonctionne pas, laissez-la de côté, ne vous mettez surtout pas la pression pour ça. Vous pourrez réessayer plus tard si vous le souhaitez, mais ne vous sentez pas anormal-e parce que vous n’avez pas réussi ou ne pouvez pas l’utiliser. Je connais des gen-te-s qui ont été dégoûté-e-s lors du premier essai car iels avaient mal pincé leur cup pour la retirer et que la douleur les avait poussé-e-s à ne pas réessayer. J’ai également conscience que la situation physique de certaines personnes ne leur permet pas d’utiliser la cup ou que d’autres ont du mal à voir du sang, voire en ont une phobie. Et même si, comme je le disais précédemment, la cup est économique,  il s’agit d’un investissement que tout le monde ne peut pas se permettre. Je voudrais également ajouter que pour les personnes qui ont des pertes abondantes et qui doivent régulièrement vider leur coupe menstruelle, ce peut être irritant. Ce n’est pas parce qu’énormément de gen-te-s vantent les avantages de la cup – dont moi, donc – qu’elle convient à tout le monde. Nous sommes tou-te-s différent-e-s et même si vous êtes un-e écologiste convaincu-e, il existe d’autres méthodes pour vivre ses règles avec le moins de déchets possibles. Je vous ferai des articles plus tard sur ces types de protection. (Et si tu aimes les tampons ou que tu ne peux pas faire autrement, tu n’en n’es pas moins écologiste.)

Pour terminer, je vous dirai que le but de cet article est purement informatif. La santé des femmes et des personnes assignées femmes n’est clairement pas une priorité à ce que l’on peut voir et je pense qu’il est important que nous ayons tou-te-s les ressources nécessaires pour faire des choix éclairés sur les protections que nous utilisons et leur impact sur notre santé. Mais si vous n’avez pas le choix ou que vous avez envie de continuer à utiliser des tampons bio ou même des tampons « conventionnels », libre à vous, personne ne vous jugera (et si quelqu’un vous juge, dites-lui que ça suffit, la cup est pleine).

Je précise de nouveau, parce que c’est très important, que je ne suis pas une professionnelle de la santé et que si jamais vous avez un doute ou un problème, il vous faut en parler à un-e spécialiste.

J’espère que cet article vous aura plu,

I send you menstrual vibes,

E.

Protège ta santé, boycotte le fluor

Bonjour à tous et à toutes !

Aujourd’hui on se retrouve pour un article qui, s’il ne semble pas passionnant de prime abord mériterait qu’on y accorde un peu d’attention. Je vais te parler de dentifrice et des mensonges qu’on nous fait avaler depuis tout-e petit-e sur le fluor.

Le dentifrice a un impact sur notre santé; il est en contact direct avec nos muqueuses et nous en avalons tous les jours, ce qui, en fonction de sa composition, peut occasionner quelques dégâts. Je ne parlerai même pas de l’impact sur l’environnement (#PollutionDesEauxEtPlastiqueÀGogo) .

C’est après avoir vu le documentaire de Audrey Gloaguen sur France 5 Fluor, un ami qui vous veut du mal (je te le recommande fortement mais je n’ai pas réussi à trouver de lien, sorry) que je me suis dit qu’il me fallait absolument écrire cet article. Le texte qui va suivre s’appuie cependant davantage sur mes recherches personnelles.

J’ai commencé mes recherches sur la molécule de fluor, tant vantée par les industries pharmaceutiques, et censée préserver tes dents de toute vicissitude. Et pas besoin de chercher très loin, les problèmes arrivent déjà : sur la page Wikipédia du Fluor je trouve : « Aux conditions normales de température et de pression, le corps simple fluor se présente sous forme de difluor F2, un gaz diatomique jaune pâle, très toxique et extrêmement corrosif. » Si tu te demandes ce que signifie diatomique, ça veut simplement dire que la molécule de fluor est composée de deux atomes. Je ne crois pas en revanche que tu aies besoin que je te traduise « très toxique et extrêmement corrosif ». Je t’accorderai certes que se faire retirer une carie n’est pas une partie de plaisir mais il y a quand même des priorités dans la vie. Bien sûr il se peut que le fluor contenu dans le dentifrice ne soit pas sous la forme de difluor et ça change bien des choses.

Je me suis donc renseignée sur la forme que prend le fluor dans nos dentifrices.

En tapant les mots : « dentifrice fluor » sur Ecosia je tombe sur des centaines de publicités pour dentifrices. Je clique sur la première pour regarder la composition du produit en question:

On peut lire, au milieu de noms étranges qui feraient pâlir d’envie un grimoire de potions « sodium fluoride « . Je le tiens ! Internet nous facilite la vie, je tape donc « sodium fluoride » dans ma barre de recherches et sur Wikipédia (pour changer), je trouve ce que je cherche :  » Le fluorure de sodium est très toxique, et le seul fait de respirer ou de l’inhaler peut être dangereux. Il affecte le système circulatoire, le cœur, le squelette, le système nerveux central et les reins. À terme, il peut même causer la mort. D’autre part, il est très irritant pour la peau, les yeux et le tractus respiratoire. »

Voilà donc ce que tu appliques sur tes dents tous les jours – matin et soir si tu es une personne consciencieuse. Je sais pas toi, mais j’ai préféré arrêter.

J’aurais pu m’arrêter là mais j’ai quand même cherché un poil plus loin, sur la page « dentifrice » de Wikipedia (comme tu le vois mes recherches sont plutôt accessibles à tou-te-s). Je t’épargnes les dix chapitres sur le sujet, voici l’un des passages les plus croustillants :

« Certains types de dentifrices peuvent provoquer des nausées ou la diarrhée s’ils sont ingérés en trop grande quantité. Chez les très jeunes enfants, un empoisonnement aigu au fluorure peut survenir après ingestion d’aussi peu que un pour cent d’un tube de pâte dentifrice aromatisée pour enfants. »

Appétissant!

Mais ne désespère pas, il existe des tas de dentifrices sans fluor et non-toxiques, avec une ribambelle d’arômes différents pour tes papilles sensibles. Si tu as l’envie et le courage, tu peux aussi faire ton dentifrice toi même, c’est encore plus écologique; tu trouveras des dizaines de vidéos sur le net et peut-être même qu’on te livrera un jour notre recette.

Je te fais des bisous (avec une haleine peut être pas aussi fraîche qu’avec du Elmex mais tu me pardonneras!)

A.

Végéta*isme et carences #1 : Le fer

Bonjour à tou-te-s !

Je vous retrouve aujourd’hui pour un article plutôt pratique que théorique, qui je pense (j’espère), vous sera utile.

Il s’agit de quelques conseils pour éviter les carences lorsque l’on adopte (ou que l’on a déjà), une alimentation végéta*ienne (végétalienne ou végétarienne, donc). Bien sûr si ce n’est pas votre cas, vous êtes tout de même invité-e à rester (surtout si vous consommez peu de produits issus de l’exploitation animale) ; ça ne fait de mal à personne de mettre davantage de vert dans son assiette !

Il s’agit de petites astuces qui m’aident au quotidien (parce que je suis du genre à angoisser de manquer d’à peu près tous les nutriments), mais il est clair que je ne suis ni doctoresse ni nutritionniste.

(Je vous recommande d’ailleurs vivement de faire un tour dans la catégorie « Nutriments » du site « Vegan Pratique »).

Quand j’étais plus jeune, alors que je mangeais des produits carnés, j’ai été plusieurs fois carencée en fer ; j’ai refait des analyses de sang il y a quelques mois (alors que je ne consommais déjà plus de produits issus de l’exploitation animale) , et tout était parfait. (Je pense en refaire durant l’année qui vient, histoire d’être sûre, parce que comme je t’ai dit ça me préoccupe un peu trop, mais je ne pense pas qu’il soit nécessaire d’en faire très souvent.) La preuve que l’on peut avoir une alimentation végéta*ienne suffisamment riche en terme de nutriments (pense tout de même à te complémenter en vitamine B12 – oui, ça vaut aussi pour les végétarien-ne-s).

Il est important de noter que les personnes réglées sont plus sujettes aux carences en fer dont elles perdent quelques microgrammes durant la phase de saignements de leur cycle menstruel.

Avant de passer aux conseils, je vous mets un extrait de la fiche de l’ANSES sur le fer: Les « Les ANC [Apports Nutritionnels Conseillés] en fer ont été fixés de manière à assurer des réserves convenables. Ils ont été estimés à 9 mg/j pour [les personnes non-réglées] et à 16 mg/j pour [les personnes réglées]. Ils varient de 7 à 14 mg/jour chez les enfants de 3 à 17 ans. »

(Simili-parmesan en fer pour les véganes frustré-e-s et carencé-e-s) 😉

Voilà, maintenant que vous êtes au courant des recommandations officielles et que vous savez que je ne suis pas une spécialiste dans le domaine de la santé, allons-y !

Conseil n°1 : Essaie d’avoir une portion de fer à chaque repas, en variant les sources d’apports, pour davantage de plaisir ! Lentilles vertes, pois chiches, tofu en tout genre, amandes, quinoa (de France, s’il-te-plaît, raisins secs, cassis, etc. En adaptant tes repas selon tes envies, tu peux trouver tout ce dont tu as besoin!

Conseil n°2: Ne te prends pas non plus trop la tête. S’il t’arrive de manger sur le pouce (#PâtesÀLaSauceTomateVie) ou d’oublier d’incorporer une source fer dans ton repas, c’est vraiment pas très grave, tu te rattraperas plus tard.

Conseil n°3: Vas-y mollo sur le café, mais pas sur le citron! Le tanin, qui est une substance végétale présente notamment dans le thé et dans le café, rend l’absorption du fer non-héminique (le fer présent dans les végétaux) moins évidente pour notre organisme; alors sans te priver pour autant, si tu peux, réduis ta consommation. (Pour ma part, je me limite à une tasse de thé ou de café par jour, même s’il m’arrive occasionnellement d’en boire plus – encore une fois, ce n’est pas la peine de se prendre la tête.) En revanche, la vitamine C facilite l’assimilation du fer non-héminique, et c’est pour ça qu’il est conseillé d’en ajouter à ses plats. (Même si présenté ainsi, ça ne te dis trop rien, je te conseille de goûter les lentilles vertes avec un filet de citron et d’huile d’olive. C’est délicieux !) (Et voici une liste des produits riches en vitamine C.)

Conseil n°4: Si besoin est, tu peux prendre des compléments. (Fais toutefois attention au surdosage, et demande toujours son avis à un-e professionnel-le de la santé !) Je sais que c’est basique comme conseil, mais je sais aussi que parfois, on a l’impression que devoir se complémenter quand on est végéta*ien-ne ferait perdre de la crédibilité à la lutte (enfin peut-être que le végéta*isme ce n’est pas un combat pour toi, hein). Mais ce n’est pas vrai du tout et les gen-te-s qui pensent (oui qui se forcent à croire, c’est à se de mander parfois) que végéta*isme est synonyme de carences ne méritent certainement pas que tu négliges ta santé (d’ailleurs, personne ne mérite ça). Que ce soit pour les personnes malades ou pour les personnes en bonne santé, il s’agit justement d’éviter de se retrouver avec davantage de soucis médicaux. De plus, les végéta*ien-ne-s ne sont pas les seul-e-s à être sujet-te-s aux carences. Et puis si tu te complémentes et que tu n’as pas envie de le dire, rien ne t’y oblige.

Voilà, voilà, c’en est fini de mes petits conseils. Je te le répète une dernière fois (après tu vas en avoir marre), mais rien ne vaut l’avis d’un-e expert-e.

Mais n’oublie quand même pas de prendre ta B12 ! (Oui, c’est un ordre.)

I send you veggie vibes,

E.