La citation du jour #1 : À propos de l’écoféminisme

Bonjour à tou-te-s,

L’article pour lequel on se retrouve aujourd’hui introduit une nouvelle catégorie qui, je l’espère, sera régulièrement mise à jour. C’est ici que nous partagerons des citations et des extraits de textes qui nous inspirent ou qui nous parlent, alors n’hésitez pas à nous envoyer les vôtres (Je vous mets notre adresse mail en fin d’article, vous pouvez également trouver le lien de notre page Facebook sur la page d’accueil). Dites-nous également en commentaire ce que vous pensez de cette nouvelle série d’articles et de ce premier partage.

« Les écoféministes avancent le fait qu’en raison des rapports sociaux dans lesquels les femmes sont inscrites majoritairement dans nos sociétés, ces dernières font l’expérience qu’une culture qui se construit contre la nature est une culture violemment misogyne, cette dernière justifiant son rapport de prédation à l’égard de l’une sur le dos de l’autre et inversement, imposant de mener de front ces différentes luttes. […] Loin d’essentialiser les liens construits historiquement entre les femmes et la nature, mais sans faire pour autant comme s’ils n’existaient pas, les écoféministes proposent de les penser comme une ‘position privilégiée’. On peut entendre par là l’idée d’un rôle spécifique des filles dans les luttes écologiques lié à la place socialement construite occupée par ces dernières dans nos sociétés. […] faire des connexions entre les femmes et la nature une ‘position privilégiée’ est une façon d’inviter ces dernières à transformer ces liens subis en outils de lutte et d’émancipation. » – Émilie Hache, en préface de Rêver l’obscur. Femmes, magie et politique, Starhawk, aux éditions Cambourakis

I send you ecofeminist vibes,

E.

(Pour nous contacter : leslabiorantines@laposte.net)

 

 

Histoires d’utérus #1 : Quelques ressources pour comprendre les règles

Bonjour à tou-te-s,

J’espère que vous allez bien, parce que moi je suis ravie de vous retrouver pour une série d’articles que j’avais hâte d’inaugurer! Alors soyez les bienvenu-e-s dans … « Histoires d’utérus »! Ici on parlera de contraception(s), de menstruations, d’acceptation de son corps et d’autres choses encore! Si vous voulez participer en nous envoyant un texte, je vous remets notre adresse mail en bas de page (vous pouvez également nous contacter via notre page Facebook dont vous trouverez le lien en page d’accueil).

Je trouve que tout ce qui concerne les règles, la santé de l’utérus, etc. est vraiment intéressant mais on en parle encore trop peu. Alors je suis particulièrement heureuse d’ajouter aujourd’hui ma petite pierre à l’édifice de la « révolution menstruelle », afin d’en finir avec les effets néfastes du patriarcat sur le corps des femmes et des personnes assignées femmes.

Et comme ce mois-ci a été particulièrement riche en terme de lectures féministes, j’ai décidé de vous introduire cette catégorie d’articles par le partage de deux livres que j’ai beaucoup aimés et qui traitent des règles.

47004734_499800643836368_1725450703977054208_n
(J’admets que niveau photo, on est pas sur de la très grande qualité.)

Le grand mystère des règles, pour en finir avec un tabou vieux comme le monde de Jack Parker et

Au cours de l’année passée, j’ai été amenée à faire un exposé sur les règles en temps que problématique féministe, et je me souviens que le livre de Jack Parker qui venait d’être publié nous avait servi, à mes camarades de travail et à moi, de support. Mais je n’avais pas pris le temps de le lire en entier. Alors il y a quelques mois, quand j’ai vu dans ma librairie que Le grand mystère des règles était paru en poche (ce qui est vraiment intéressant d’un point-de-vue du prix), je n’ai pas hésité à l’acheter. Je l’ai posé sur ma pile de livres à lire (ou plutôt sur mon étagère de livres à lire), et ce n’est que pendant ce mois de novembre que je me suis décidée à le commencer.

Il se lit facilement et rapidement et il est illustré par de très beaux dessins. L’autrice l’a divisé en deux parties distinctes ; la première traite des questions pratiques liées aux menstruations (quelles protections utiliser pendant ses règles, comment soulager les douleurs et les crampes, peut-on avoir des rapports sexuel durant cette période-là, etc.) et la seconde porte davantage sur la théorie l’analyse féministe de la question.

Jack Parker introduit son livre en parlant de ses premières règles qui sont arrivées tard et de son questionnement autour de sa féminité, ce qui, je pense, parle à beaucoup de personnes qui ont été réglées assez tard. Elle nous livre quelques-unes des expériences perçues comme honteuses qu’elle a vécues, ainsi que son cheminement vers l’activisme menstruel (So badass!). J’ai vraiment apprécié cette introduction, parce qu’elle banalise ce qui semble être extraordinaire et devrait être caché.

On entre dans le premier chapitre du livre avec une explication scientifique du cycle menstruel, ce qui est vraiment agréable, parce que c’est finalement le côté des règles que l’on aborde le moins souvent, alors que c’est quand même la base. Elle insere un petit lexique pour permettre à la lectrice ou au lecteur de comprendre précisément ce dont on parle, et même si personnellement j’aime bien les métaphores poétiques pour parler des règles (les lunes ou les fleurs, par exemple), ça fait quand même du bien de lire quelqu’un qui en parle (enfin, qui écrit dessus, tu m’auras comprise) en des termes scientifiques. Parce que soyons honnêtes, si certaines personnes donnent aux règles un joli petit surnom, c’est peut-être pour les présenter comme quelque chose de positif, mais la plupart du temps c’est clairement pour ne pas prononcer le nom de cette chose terriblement repoussante (les règles aka Celles-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom). Parce qu’il s’agit avant tout d’un processus naturel qui n’est ni positif, ni négatif (même si se le réapproprier comme quelque chose de positif peut-être une manière d’inverser le stigmate).

Jack Parker nous livre ensuite une petite liste de « Ce que j’aurais aimé savoir sur les règles avant des les avoir », avec au programme entre autres « De l’art de repeindre les toilettes », « Les caissiers s’en foutent », « Le marécage inter-fessier » ou « Les tampons éjectables ». J’imagine qu’en lisant juste les intitulés, toutes les personnes réglées savent à quoi ils font référence et l’écrivaine parvient ainsi à défaire la gêne que l’on peut ressentir vis-à-vis des plus ou moins petits désagréments des règles.

Le reste de la première partie offre un aperçu quasiment exhaustif des différentes protections périodiques, en pesant les avantages et les inconvénients de chacune, ainsi des conseils, alimentaires notamment, pour minimiser les douleurs et les crampes menstruelles (elle insiste également dans son livre qu’il n’est pas normal de souffrir pendant ses règles, et il me semblait important de le rappeler ici). Elle explique également que chaque personne a un cycle différent, ainsi que diverses manières de le vivre.

Ce qui est vraiment bien dans cette première partie, c’est que Jack Parker n’émet aucun jugement, elle cherche au contraire à décomplexer les personnes réglées sur le sujet. Elle écrit par exemple que les tampons, et en particulier les tampons « conventionnels » peuvent être dangereux pour la santé, et que chacun-e devrait être au courant des risques qu’iel encourt en utilisant les tampons qui sont souvent présentés, avec les serviettes jetables, comme la seule protection. Mais elle ajoute à cela que chacun-e doit être libre de ses choix, particulièrement quand il s’agit de son corps, et qu’il serait très malvenu de dire à quelqu’un-e que ce qu’iel utilise les mauvaises choses. Les premiers chapitres du livres sont purement informatifs et c’est vraiment le genre de choses que j’aurais aimé lire il y a quelques années.

La deuxième partie de l’ouvrage se concentre davantage sur le traitement médiatique et culturel des règles à travers les siècles et les époques. Je dois admettre que les derniers chapitres m’ont un peu laissée sur ma faim. Mais je comprends aussi que l’intérêt du livre est qu’il condense la plupart des sujets liés aux règles, sans nécessairement vouloir les traiter de fonds en combles, et qu’il sert davantage à ouvrir des portes de réflexions à la lectrice ou au lecteur. Elle inspecte à travers ces lignes l’instrumentalisation des règles qui a été et qui est toujours faite afin de dominer les femmes, ou de justifier leur domination (#T’asTesRèglesOuQuoi). Le passage que j’ai préféré dans cette partie-là du livre, c’est celui où elle expose différentes oeuvres d’art qui ont été réalisées à partir de sang menstruel, que ce soit en l’utilisant comme peinture ou en le photographiant. Je trouve que l’idée de peindre une toile avec le sang récupéré dans sa coupe menstruelle est terriblement révolutionnaire (dommage que je ne sache pas peindre). La présentation qui est faite de cet art menstruel m’a permis de découvrir plein de choses géniales, et je pense d’ailleurs écrire un article consacré à ça.

Jack Parker conclut en invitant les lectrices et lecteurs à parler des règles et à s’interroger sur leurs propres barrières mentales, pour détruire ce tabou « vieux comme le monde », car « Il est temps de traiter les règles – et surtout les personnes qui les ont – avec le respect qu’elles méritent ».

Même si je mettrais un petit bémol sur le style d’écriture qui, à titre personnel ne m’a pas emballée, j’ai vraiment aimé ce livre, et je pense que toutes les personnes réglées ou qui vivent avec une ou des personnes réglées (compagne ou compagnon, mère ou père) auraient intérêt d’avoir ce livre dans leur bibliothèque. Je pense qu’il est particulièrement utile pour les plus jeunes car plus personne ne devrait avoir vivre sa puberté avec honte.

Si vous l’avez lu, dites-nous ce que vous en avez pensé, sinon, n’hésitez pas à l’emprunter/l’acheter/le voler (je rigole, venez pas me dénoncer quand on vous arrêtera).

Ceci est mon sang. Petite histoire des règles, de celles qui les ont et de ceux qui les font, Élise Thiébaut

J’ai découvert Ceci est mon sang, de la même manière que Le grand mystère des règles (l’année dernière, l’exposé, tu vas pas me dire que t’as déjà tout oublié de c’que j’t’ai dit?) . Celui-ci je ne l’ai pas acheté, je l’ai emprunté à la bibliothèque (plutôt pratique quand t’as pas d’argent) et je l’ai dévoré en quelques jours.

Avant tout, ce qui m’a beaucoup plus dans ce livre, c’est qu’il est vraiment très drôle. Élise Thiébaut nous raconte son histoire avec les règles et l’endométriose avec un humour que j’ai adoré et qui a rendu mes trop longs moments passés dans les transports bien plus agréables.