Folles de rage

« Oui, je suis hystérique face à la destruction de la vie. Si les hommes ne le sont pas, c’est leur problème. »

Hystérie, du latin hystericus, « relatif à l’utérus ».

Hystérique, sorcière, folle, malbaisée, névrosée, trop émotive, irrationnelle, harpie, « Calme-toi ! », « T’as tes ragnagnas ? ».

  • Le 19 juin 2015, des expert-e-s publient, dans la revue scientifique Science advances, une étude qui montre que la Terre est entrée dans une sixième extinction de masse des espèces animales.
  • Selon le site Planetoscope, qui recense en temps réel les statistiques mondiales sur l’écologie et la planète, 26 000 espèces, issues de la faune et de la flore sauvages, disparaissent chaque année.
  • Une étude parue le 30 octobre 2013 présente le Bangladesh, la Guinée-Bissau, la Sierra Leone, Haiti, le Soudan, le Nigeria, la République Démocratique du Congo, le Cambodge, les Philippines et l’Ethiopie comme les dix pays les plus exposés aux risques climatiques. Ces pays font partie des plus pauvres de la planète.
  • Une zone morte est une zone déficitaire en dioxygène présente dans un milieu aquatique. Selon l’UNESCO, elles sont maintenant près de 500 sur la surface du globe, soit 245 000 km².
  • Dans l’étude publiée le 10 décembre 2014 par la revue PLOS ONE, on apprend que plus de 250 000 tonnes de plastique flottent à la surface des océans.
  • Selon la WWF, près de 7,6 millions d’hectares de forêts ont disparu chaque année entre 2010 et 2015.
  • 252 000 000 000 tonnes de glace ont été perdues chaque année sur la calotte glacière de l’Antarctique entre 2009 et 2017, peut-on lire sur Planetoscope.
  • En 2016, au Nicaragua, au Honduras, au Salvador et au Guatemala, plus de 3 millions de personnes étaient touchées par des sécheresses dues au changement climatique, relate cet article.
  • Le 5e rapport du GIEC (Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat) publié entre 2013 et 2014 rapporte que « il est extrêmement probable [c’est à dire avec une probabilité d’au moins 9,5 chances sur 10 pour que l’affirmation soit correcte] que l’influence humaine sur le climat a été la cause dominante du réchauffement observé depuis le milieu du vingtième siècle ». Il s’agit d’un consensus scientifique.

etc.

Climatoscepticisme : Fait de douter du réchauffement climatique, de ses causes comme de ses conséquences. (Wiktionnaire)

Obscurantisme : Opposition à la diffusion de l’instruction, de la culture, au progrès des sciences, à la raison, en particulier dans le peuple. (Larousse)

Nous vient alors en tête des bribes d’une citation, lue au détour d’une page et introuvable, qui sera donc restituée dans l’idée et de manière inexacte : « Oui, je suis hystérique face à la destruction de la vie. Si les hommes ne le sont pas, c’est leur problème. »

Nous sommes folles de rage.

#JeSuisFolleDeRage

We send you hysterical witches vibes,

E. et A.  (et merci à M. pour « ses lumières »)

Les Labiorantines.

La citation du jour #3 : Masculinité et politique sexuelle de la viande

‘Croyez-moi, la mort du machisme marque aussi la fin de l’homme qui se nourrit de viande et de pommes de terre.’ Ni l’un ni l’autre ne nous manquera.

En 1990, Carol J. Adams publie The Sexual Politics of Meat, traduit en français par La politique sexuelle de la viande. Par cette critique féministe végétarienne, l’autrice expose les liens entre l’oppression des femmes et l’exploitation des animaux. Carol J. Adams y développe autour du rôle de la consommation de viande dans le maintien de la domination masculine et du mythe de la virilité, et nous propose ces paragraphes :

 « En devenant végétariens, les hommes s’opposent à un élément essentiel du rôle masculin. Ils optent pour les aliments féminins. Comment peuvent-ils oser faire cela ? Un homme qui refuse la viande est efféminé, une ‘tapette’, un ‘pédé’. En effet, en 1836, la réaction au régime végétarien de l’époque, appelé Grahamisme, dénonçait que ‘[l]’émasculation est le premier fruit du Grahamisme’.

Les hommes qui choisissent de ne pas consommer de chair renoncent à un de leurs privilèges masculins. Le New York Times a exploré cette idée dans un éditorial concernant la nature masculine de la consommation carnée. Le ‘type à la John Wayne’, personnification du mâle mangeur de chair, a cédé sa place à un nouveau héros populaire plus ‘vulnérable’ […]. [Il mange] peut-être des poissons morts et des carcasses de poulets, mais pas de viande rouge. Certains hommes […] ont rejeté non seulement le rôle du macho, mais aussi la nourriture du macho. Le Times concluait : ‘Croyez-moi, la mort du machisme marque aussi la fin de l’homme qui se nourrit de viande et de pommes de terre.’ Ni l’un ni l’autre ne nous manquera. »

I send you « women for animal liberation » vibes,

E.

Les Labiorantines

 

À nous les femmes

À nous les femmes qui existons,

À nous les femmes qui luttons,

À nos mères, à nos soeurs et à nos filles,

À celles qui sont parties, à celles qui viendront,

À notre force, à notre union,

À notre résistance,

À notre résilience,

Joyeux 8 mars à toutes !

Don’t give up the fight !

E.

Les Labiorantines.