La citation du jour #3 : Masculinité et politique sexuelle de la viande

‘Croyez-moi, la mort du machisme marque aussi la fin de l’homme qui se nourrit de viande et de pommes de terre.’ Ni l’un ni l’autre ne nous manquera.

En 1990, Carol J. Adams publie The Sexual Politics of Meat, traduit en français par La politique sexuelle de la viande. Par cette critique féministe végétarienne, l’autrice expose les liens entre l’oppression des femmes et l’exploitation des animaux. Carol J. Adams y développe autour du rôle de la consommation de viande dans le maintien de la domination masculine et du mythe de la virilité, et nous propose ces paragraphes :

 « En devenant végétariens, les hommes s’opposent à un élément essentiel du rôle masculin. Ils optent pour les aliments féminins. Comment peuvent-ils oser faire cela ? Un homme qui refuse la viande est efféminé, une ‘tapette’, un ‘pédé’. En effet, en 1836, la réaction au régime végétarien de l’époque, appelé Grahamisme, dénonçait que ‘[l]’émasculation est le premier fruit du Grahamisme’.

Les hommes qui choisissent de ne pas consommer de chair renoncent à un de leurs privilèges masculins. Le New York Times a exploré cette idée dans un éditorial concernant la nature masculine de la consommation carnée. Le ‘type à la John Wayne’, personnification du mâle mangeur de chair, a cédé sa place à un nouveau héros populaire plus ‘vulnérable’ […]. [Il mange] peut-être des poissons morts et des carcasses de poulets, mais pas de viande rouge. Certains hommes […] ont rejeté non seulement le rôle du macho, mais aussi la nourriture du macho. Le Times concluait : ‘Croyez-moi, la mort du machisme marque aussi la fin de l’homme qui se nourrit de viande et de pommes de terre.’ Ni l’un ni l’autre ne nous manquera. »

I send you « women for animal liberation » vibes,

E.

Les Labiorantines

 

Histoires d’utérus #3 : J’arrête la pilule !

Et depuis que j’ai arrêté la pilule, entre vous et moi, je me sens vachement mieux dans ma culotte !

Soyez prévenu-e-s : cet article n’est pas un réquisitoire contre la pilule. Si j’ai décidé de ne plus la prendre, je reste lucide sur le fait qu’elle présente d’importants avantages et qu’elle peut même s’avérer nécessaire à certain-e-s, notamment en cas de fortes douleurs menstruelles. Cependant, je dois dire que, aussi bien informée que je l’ai été lorsque j’ai voulu me diriger vers un mode de contraception, je n’ai pas tout à fait eu d’autre choix que de prendre la pilule. C’était facile, c’était accessible et c’était à peu près tout ce que l’on me proposait. À travers ce blog, il nous tient à cœur de défendre les choix des femmes et des personnes assignées femmes vis-à-vis de leur corps, mais pour qu’un choix en soit un, encore faut-il qu’il soit éclairé. Donc je pose ici mon petit coup de gueule contre la gynécologue qui m’a asséné, lorsque je l’interrogeais à propos des effets secondaires de la pilule, qu’il fallait arrêter « d’écouter la télé et de lire n’importe quoi sur Internet ». Sachant que c’est sur la notice de ma pilule que j’ai eu la confirmation du bien-fondé de mes questions, je trouve ce genre de comportement vraiment nocif car il s’agit purement et simplement de désinformation des patient-e-s.

En tout, je n’ai pris la pilule que neuf mois. Six mois sans arrêt puis trois mois un peu plus tard, tout ça réparti sur une année. Lorsque j’ai demandé qu’on me la prescrive, j’avais pour objectif de ne pas la prendre longtemps, et de passer rapidement à un DIU (dispositif intra-utérin a.k.a le stérilet, même si ça ne rend pas stérile) au cuivre qui est sans hormone. (Si tu te demandes pourquoi je ne m’en suis pas fait poser un immédiatement, c’est simplement que j’ai été marquée par une assez mauvaise expérience avec un gynécologue et son spéculum. Il m’a fallu un an pour me préparer mais ma gynécologue actuelle est super.) Je ne crois pas que les hormones aient entraîné chez moi une prise de poids ou de poitrine, et pendant quelques mois, je n’ai pas ressenti d’inconvénient. J’avais décidé de la prendre trois semaines sur quatre plutôt qu’en continu. Je saignais donc cinq jours par mois, mais la prise continue d’hormones n’est pas plus dangereuse.

C’est il y a deux mois que j’ai pris la décision de cesser de prendre la pilule. Ça a été précipité par un épisode de ma vie ni très glamour ni très sympa puisqu’il s’agit de sécheresses intimes (l’expression qu’on utilise dans les pubs pour te parler de sécheresses vaginales, quoi.). (Eh ouais, les meufs et les mecs, ça arrive !) Ça a duré environ deux mois durant lesquels j’ai à peu près tout essayé, bien que je sache d’où ça venait. Et depuis que j’ai arrêté la pilule, entre vous et moi, je me sens vachement mieux dans ma culotte ! Un autre élément important que j’ai constaté (et désolée à mes proches si vous passez par là), c’est que l’histoire de la-pilule-qui-détruit-ta-libido-et-tu-ne-t’en-rends-compte-que-quand-tu-l’arrêtes-parce-que-t’avais-trop-perdu-l’habitude-pour-t’en-apercevoir, et bien ce n’est pas un mythe ! (Y a des chances que tu décides de prendre la pilule pour avoir une vie sexuelle épanouie, donc si ça ôte de ton corps tout désir charnel, ça n’a pas trop d’intérêt, vois-tu ?)

Après avoir attendu un mois et demi, je me suis décidée il y a un peu plus d’une semaine à porter mes ovaires prendre mon courage à deux mains et à aller me faire poser le fameux DIU au cuivre. Ça s’est super bien passé. (Est-ce que ça m’a fait mal au moment de la pose ? Oui ! Genre grosse douleur de règles – toi-même tu sais ce dont je parle – pendant quelques secondes. Mais pour le coup, la réaction est vraiment très personnelle.) Et puisque j’ai eu mes règles depuis, j’ai pu remarqué que c’était un peu plus abondant et douloureux qu’avant que je prenne la pilule. Je dois aller faire une échographie trois semaines après la pose afin de voir si le DIU est bien placé. Autre désavantage que j’ai pu observer, c’est l’apparition de boutons sur mon visage, due à l’arrêt des hormones. Seulement quelques boutons que je traite par ailleurs, ce qui n’est pas très dérangeant, mais j’imagine bien que pour certain-e-s il s’agit d’un facteur très important.

Je me sens vraiment mieux dans mon corps depuis que j’ai arrêté la pilule et je profite de terminer cet article pour rappeler que les préservatifs sont le seul moyen de contraception qui protège des infections sexuellement transmissibles. Je vous propose également, si ça vous intéresse et que je souhaite l’écrire, de publier dans quelques mois un article pour un retour sur le DIU.

I send you contraceptive vibes,

E.

Les Labiorantines

Manger du pesto en hiver (astuces 100% végétales)

Difficile en hiver de trouver du basilic … et hors de question d’en faire venir de l’autre bout de la planète.

Bonjour à tou-te-s !

J’émerge enfin de toutes mes obligations du moment pour partager avec vous une découverte que j’ai faite très récemment. Si tu es un-e adepte de ce blog, tu n’as sans doute pas oublié la délicieuse recette de pesto que je t’ai partagée il y a quelques mois. Et si ce n’est pas le cas je te conseille de rattraper ce retard immédiatement.

Mais peu importe … Dans ma recette je listais les ingrédients essentiels du pesto à savoir le basilic, les amandes (ou pignons) et l’huile. Mais voilà ! Difficile en hiver de trouver du basilic … et hors de question d’en faire venir de l’autre bout de la planète. Fan inconditionnelle du pesto, je me retrouvais donc dans une impasse. Heureusement mes parents sont inscrits à une Amap et nous avons découvert LA solution. Les solutions devrais-je même dire. Car en réalité beaucoup de légumes peuvent remplacer le basilic et je vais t’en faire une petite liste :

  • Le chou kale (ou chou frisé). Ce chou ressemble à une salade frisée vert foncé et donne un goût assez fort et très proche du pesto au basilic.
  • Les feuilles de navet. Le pesto aux feuilles de navet est une très bonne solution lorsque vos navets sont dans la soupe mais que je ne savez pas quoi faire des feuilles … enfin si! Maintenant vous savez.
  • La roquette. Je salive à l’idée d’en goûter car on m’en a vanté les mérites. Votre pesto garde la saveur piquante (pour ne pas dire pétillante) de la roquette et must du must vous pouvez ajouter quelques feuilles fraîches de roquette sur vos pâtes pour un plus bel effet.
  • (Je viens de me rappeler que la roquette ne pousse aussi qu’en été mais tant pis il vous reste quand même deux super options.)

I send you roquette vibes,

A.

Les Labiorantines

Manger végétalien avec peu d’argent

Bonjour à tou-te-s,

Je vous retrouve aujourd’hui pour un nouvel article, et si vous suivez ce blog depuis un moment, vous avez certainement compris qu’il me tient à coeur de rendre le véganisme accessible au maximum de personnes. Car si ce mode de vie (nous parlons bien ici du mode de vie végane, et pas de la pensée antispéciste et animaliste) s’est révélé au grand public ces dernières années, on ne peut pas dire qu’il soit entièrement démocratisé. Les informations correctes, notamment en terme de santé, restent relativement difficiles d’accès et, quoiqu’en disent certain-e-s, les produits véganes sont loin d’être dans les moyens financiers de tout le monde. Par ailleurs, le fait même de pouvoir choisir son alimentation, ou son mode de consommation plus largement, reste un privilège. Il ne faut pas non plus oublier que beaucoup de personnes mangent, de fait, de manière végétarienne non pas par choix, mais parce que la viande et le poisson sont des denrées chères.

Alors, pour celles et ceux qui souhaitent devenir véganes ou qui le sont déjà, voici les astuces que j’applique pour manger végétalien en limitant mon budget. Les conseils d’aujourd’hui ne porteront que sur la question de l’alimentation, mais je les compléterai par la suite avec d’autres articles.

  • Miser sur des aliments de base avec des apports nutritionnels intéressants : Par « aliments de base », j’entends des aliments que vous pourrez décliner sous plusieurs formes et qui serviront de base à vos repas. Il est également important de consommer des produits qui vous apporteront une quantité importante de différents nutriments. Les lentilles vertes, par exemple, constituent une part importante de mon alimentation. Elles sont peu chères et riches en fer (je te mets ici l’article du blog sur les carences en fer), en protéines et en glucides ; j’ai simplement à y ajouter un peu de citron (la vitamine C améliore le taux d’absorption du fer), un filet d’huile d’olive et à les manger éventuellement accompagnées de légumes. Le quinoa est un autre aliment très intéressant car il est riche en protéines et en minéraux (fer, calcium, phosphore, etc.). J’aime pour ma part le manger en salade mais avant de continuer, je voudrais te partager cet article  (je t’invite à prendre deux minutes pour le lire) très important à propos de la demande mondiale croissante en quinoa et son effet dévastateur sur les paysan-ne-s péruvien-ne-s. Il est très simple de se procurer du quinoa cultivé en France (qui est souvent moins cher).
  • Préparer en grandes quantités : Souvent, lorsque l’on n’a pas le temps ou l’envie de cuisiner, en rentrant chez soi le soir par exemple, on a tendance à se tourner vers des plats préparés. Mais il faut se rendre à l’évidence, les plats végétaliens préparés sont hors de prix, en plus d’être difficiles à trouver. Par ailleurs, c’est toujours bien de savoir ce que l’on met dans sa nourriture. Alors pourquoi ne pas préparer des aliments en grande quantité à manger durant toute la semaine ? Les lentilles par exemple (oui, je suis passionnée par les lentilles), qui mettent très longtemps à cuire (si on les achète sèches), peuvent être préparées le weekend en grande quantité et sous différentes formes. Tu peux trouver ici une superbe recette des steaks de lentilles. Il ne restera plus qu’à ajouter un accompagnement et à emporter tout ça (ou à le manger chez soi). La soupe est également un bon exemple de plat à préparer à l’avance, il suffira simplement de la faire réchauffer.
  • Préparer ses accompagnements : Le jour où j’ai découvert au détour d’un rayon de supermarché l’existence du pesto végétalien, j’ai failli verser une larme de bonheur. C’est délicieux, mais c’est plutôt cher, de même pour les fromages végétaliens (non, en fait les fromages végétaliens sont carrément inaccessibles). Bien sûr, il est possible de le faire soi-même, je te mets un lien vers la recette de pesto que nous avions partagé sur le blog.  La levure maltée que j’adore est également, mélangée à un peu (ou beaucoup) d’huile, un très bon accompagnement avec son petit goût fromager. (Tu la trouves à peu près partout et pour pas très cher, sous le nom de levure de bière, levure maltée, levure diététique. Il y a peut-être une différence entre toutes ces levures, mais elles ont le même goût, c’est tout ce qui compte.) J’aime aussi faire revenir un oignon et une gousse d’ail et éventuellement ajouter un peu de crème végétale ; c’est simple et délicieux. N’hésitez pas à partager en commentaires vos accompagnements favoris.
  • Consommer de saison : Les fruits et légumes locaux et de saison sont bien sûr moins cher (et leur consommation réduit notre impact sur l’environnement), alors profitez-en. C’est d’ailleurs une occasion de se tourner vers des végétaux que l’on n’a pas l’habitude de manger. J’ai par exemple découvert le radis noir cet hiver, alors que j’en avais marre de ne manger que du chou, de la courge et des carottes. Et c’est vraiment délicieux (bon, en vrai j’en avais déjà mangé mais là, c’est vraiment rentré dans mon alimentation).
  • Préférer les végétaux bruts aux produits transformés : Encore une fois, privilégiez les produits sous leur forme brut. C’est vraiment moins cher, même si la cuisine nécessite du temps que tout le monde n’a pas (d’où l’intérêt de préparer en large quantité, on y revient). C’est également l’occasion de découvrir plein de nouvelles recettes (nous vous en avons partagé quelques-unes sur le blog, que vous pourrez retrouver dans la catégorie « Recettes (100% végétales) ») et ça, lorsque l’on devient végétalien-ne, c’est essentiel !
  • La Fédération végane distribue gratuitement de la vitamine B12 aux personnes précaires : Je détaille tout ce qu’il faut savoir sur la vitamine B12 et sur les distributions par la Fédération végane dans cet article que je vous recommande vivement car la supplémentation en vitamine B12 est essentielle chez les végétalien-ne-s.

J’espère de tout coeur que cet article vous aura aidé. Même si c’est un peu plus compliqué, on peut tout à fait être végétalien-ne sans dépenser des mille et des cents en nourriture. N’hésitez pas à partager vos astuces en commentaires, et je reviens très vite pour un nouvel article sur le véganisme et les cosmétiques. En attendant, je vous partage ici un article du blog, riche en conseils pour les véganes débutant-e-s.

I send you cruelty-free vibes,

E.

Les Labiorantines.

À nous les femmes

À nous les femmes qui existons,

À nous les femmes qui luttons,

À nos mères, à nos soeurs et à nos filles,

À celles qui sont parties, à celles qui viendront,

À notre force, à notre union,

À notre résistance,

À notre résilience,

Joyeux 8 mars à toutes !

Don’t give up the fight !

E.

Les Labiorantines.

 

La citation du jour #2 : Mémoires de Louise Michel

Bonjour à tou-te-s,

Pour ce deuxième article de la catégorie « La citation du jour », je tenais à vous partager cet extrait des Mémoires de Louise Michel, militante féministe et anarchiste, figure majeure de la Commune de Paris. Au travers des lignes qui suivent, elle nous invite à penser l’articulation entre la maltraitance des animaux et l’asservissement des humain-e-s.

J’espère que vous trouverez ce passage choisi inspirant !

« Au fond de ma révolte contre les forts, je trouve du plus loin qu’il me souvienne l’horreur des tortures infligées aux bêtes.

[…]

Depuis la grenouille que les paysans coupent en deux, laissant se traîner au soleil la moitié supérieure, les yeux horriblement sortis, les bras tremblants, cherchant à s’enfouir sous la terre, jusqu’à l’oie dont on cloue les pattes, jusqu’au cheval qu’on fait épuiser par les sangsues ou fouiller par les cornes des taureaux, la bête subit, lamentable, le supplice infligé par l’homme.

Et plus l’homme est féroce envers la bête, plus il est rampant devant les hommes qui le dominent. » – Mémoires, Louise Michel

I send you revolutionary vibes,

E.

 

Expérience verte #4 : Je découvre les vertus cosmétiques de l’huile de chanvre

Bonjour à tou-te-s !

Aujourd’hui, c’est avec un article sur l’huile de chanvre que je vous retrouve. J’avais pour habitude, les années passées, d’utiliser de l’huile de noix de coco, qui présentait l’avantage d’être peu chère et multi-fonctions. Elle permettait un bon démaquillage (à l’instar de toutes les huiles végétales, ou presque), une nutrition satisfaisante des cheveux (à noter qu’il existe de nombreux types de cheveux différents et à ma connaissance, l’huile de coco peut-être asséchante pour certains) et de la peau. Le tout couronné d’une délicieuse odeur (lorsque j’en appliquais sur le corps je trouvais que je sentais le biscuit).

Cependant, j’avais déjà été interpellée à l’époque par la certification « vegan » qui apparaissait sur le pot que j’achetais. Je me souviens avoir pensé pendant un moment, qu’il s’agissait de marketing pur et simple. (Oui, parce que les produits végétaliens de base comme les compotes, va falloir arrêter de les certifier véganes pour se faire plus d’argent dessus. #CapitalismeVégane – Tu me diras, vu qu’on trouve parfois de la cire d’abeille autour des pommes …)  Et puis un jour, je suis tombée sur une vidéo qui montrait des singes domestiqués et exploités pour aller cueillir les noix de coco dans les arbres. (D’où la certification végane.) J’ai donc fait des recherches et j’ai ainsi découvert que les travailleurs et les travailleuses du secteur étaient eux-mêmes exploité-e-s de manière atroce et c’était pourquoi elles et ils se retrouvaient à utiliser des singes dans leur travail. Je ne suis pas spécialiste de la question (comme je te dis toujours, Ecosia est ton ami-e) mais de ce que j’ai pu lire, ces conditions de travail sont notamment dues à la demande croissante en Occident de produits dérivés de la noix de coco et notamment de son huile. Alors je te mets ici un article de La Coquette Ethique qui résume pas mal la question. 

Pour ma part, si je suis ici pour te parler de l’huile de chanvre c’est parce que, comme tu t’en doutes, après toutes ces découvertes, j’ai cherché une alternative éthique à ma regrettée huile tout-en-un. Et tant qu’à faire, j’ai préféré me diriger vers une huile locale, qui ne soit pas produite à l’autre bout du Monde.

Le chanvre est cultivé en France et présente la singularité de ne nécessiter aucun additif. Je te mets ici un lien où tu trouveras moult informations à propos des avantages écologiques du chanvre.

https---d3atagt0rnqk7k.cloudfront.net-wp-content-uploads-2015-07-29195354-hemp-101-what-is-hemp-whats-it-used-for-and-why-is-it-illegal.jpg
Oui, c’est bien du chanvre.

J’utilise cette huile depuis plusieurs semaines, et, s’il est certain que nous n’avons pas tou-te-s le même type de cheveux ni de peau, je vous recommande tout de même de la tester.

S’il s’agissait de la consommer dans son alimentation (ce n’est pas une huile connue pour son goût raffiné, je préfère te prévenir), on pourrait dire qu’elle est relativement chère (celle que j’ai achetée m’a coûté 10,99 € les 25 cl). Mais lorsque l’on réfléchit en terme de cosmétiques, compte tenu de tout ce que cela permet de remplacer et sachant qu’elle me durera sans doute de longs mois (peut-être un an, qui sait ?), je trouve son usage plutôt économique. (J’ai bien sûr conscience que, bien que ça dure longtemps et que ce soit économique à long terme, une telle somme relève quand même d’un investissement que tout le monde ne peut pas se permettre.) Je stocke la mienne dans un petit flacon pompe en verre dans laquelle se trouvait une autre huile végétale (je l’ai finie, hein, je ne l’ai pas jetée dans l’évier) et je place la grande bouteille avec le reste de l’huile au réfrigérateur (merci à la personne qui m’a appris que ça permettait de conserver au mieux les propriétés des huiles).

Mais venons-en au faits, quels usages peut-on faire de l’huile de chanvre ?

  • L’huile de chanvre présente l’avantage d’être non-comédogène, ce qui la rend tout à fait adaptée au visage. J’en applique chaque matin une pompe (si tu souhaites te maquiller ensuite, n’en mets pas trop) et chaque soir deux ou trois pompes sur mon visage afin de nourrir ma peau (sèche en ce moment). Je dois quand même vous prévenir que, si à titre personnel j’adore l’odeur, ce n’est, pour beaucoup de personnes, pas le cas.
  • Elle peut également être utilisée en bain d’huile, sur les cheveux lisses tout du moins (concernant les autres types de cheveux, je ne saurais rien t’affirmer). Il suffit d’en mettre suffisamment au creux de sa main (tout dépend de la longueur de tes cheveux et de leur quantité) et d’en appliquer sur les longueurs ; j’aime bien passer ce qu’il reste sur les racines (un bain d’huile somme toute très classique) et laisser poser plusieurs heures, tout une nuit ou si je peux toute une journée, voire deux.
  • Comme toutes les huiles végétales, l’huile de chanvre fait un très bon démaquillant. Elle est un peu épaisse, alors il est conseillé de la chauffer un peu dans ses mains au préalable. Je tiens quand même à rappeler qu’en cas de galère, toute huile utilisée en cuisine peut être utilisée pour le démaquillage.
  • Si elle sert à nourrir la peau du visage, l’huile de chanvre peut également être appliquée sur le corps. Ai-je besoin d’en dire plus ? Peau douce garantie !

C’est terminé ! J’espère que cet article t’a plu et qu’il t’a donné des pistes pour remplacer les huiles qui viennent de l’autre bout du globe. N’hésite pas à partager si c’est le cas, à nous dire en commentaires si tu as testé ou veux tester l’huile de chanvre, et sinon quelle huile végétale tu utilises.

I send you hemp vibes,

E.