La citation du jour #2 : Mémoires de Louise Michel

Bonjour à tou-te-s,

Pour ce deuxième article de la catégorie « La citation du jour », je tenais à vous partager cet extrait des Mémoires de Louise Michel, militante féministe et anarchiste, figure majeure de la Commune de Paris. Au travers des lignes qui suivent, elle nous invite à penser l’articulation entre la maltraitance des animaux et l’asservissement des humain-e-s.

J’espère que vous trouverez ce passage choisi inspirant !

« Au fond de ma révolte contre les forts, je trouve du plus loin qu’il me souvienne l’horreur des tortures infligées aux bêtes.

[…]

Depuis la grenouille que les paysans coupent en deux, laissant se traîner au soleil la moitié supérieure, les yeux horriblement sortis, les bras tremblants, cherchant à s’enfouir sous la terre, jusqu’à l’oie dont on cloue les pattes, jusqu’au cheval qu’on fait épuiser par les sangsues ou fouiller par les cornes des taureaux, la bête subit, lamentable, le supplice infligé par l’homme.

Et plus l’homme est féroce envers la bête, plus il est rampant devant les hommes qui le dominent. » – Mémoires, Louise Michel

I send you revolutionary vibes,

E.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s