Pensées des lectrices et des lecteurs #1: L’idée écolo du jour ; prends un-e con-ne, plante un arbre

(Bonjour à tou-te-s. On vous retrouve aujourd’hui avec le premier article de la catégorie « Pensées des lectrices et des lecteurs ». C’est An. qui nous fait l’honneur d’introduire cette série avec le texte qui suit, bonne lecture !)

Prends un-e con-ne, plante un arbre.

Une idée bête et méchante, à l’image de celles et ceux qui sont prêt-e-s à échanger nos arbres contre des billets. À celles et ceux cyniquement posté-e-s le cul à l’air au faîte de la planète-industrie et qui regardent leurs déjections nous tomber dessus de plus en plus abondamment.

Pour nous débarrasser intelligemment de ces crétin-e-s qui se croient plus malins et malignes que les autres, parce que leur radeau de survie possèdera des chiottes feuilletées à l’or fin, lorsque d’autres devront apprendre à nager dans les eaux mouvantes des mers gonflées par le réchauffement climatique.

Pour leur épargner l’air benêt qu’iels* ne sauront éviter de prendre face à l’évidence qu’iels n’auront pu quitter à temps la planète qu’iels auront emmerdée de si longues années durant, et leur éviter la chute – forcément, plus grande que la nôtre, nous petites gens- du haut de leurs empires politico-médiatico-financiaro-mescouilliens.

En somme, pour rendre justice à notre Terre, au vivant dans son ensemble; pour rééquilibrer les chances des plus démuni-e-s, et rendre un fier service à celles et ceux qui tomberont de trop haut pour comprendre ce qui leur arrive, effectue ta Bonne Action écolo du jour: prends un-e con-e, plante un arbre.

Rien de bien compliqué, tu peux le faire d’à peu près n’importe où que tu te trouves -et je t’enjoins même à réitérer autant de fois que tu trouveras sur ton passage un-e con-ne prêt-e à être planté-e. Comment le/la reconnaître ? C’est simple : n’importe quel-le membre du gouvernement actuel (pas de préférence, iels donneront tou-te-s de solides racines une fois semé-e-s), ou d’un gouvernement passé (encore en vie, il va de soi. Les corps en décomposition ne sont pas recommandés pour les débuts de vie d’un arbre. Donc, tu es gentil-le, tu laisses Jean-Marie tranquille, même Monsanto n’a pas créé un désherbant pareil); n’importe quel-le journaliste tranquillement assis derrière son prompteur ou caché derrière ses lignes éditoriales droitières; n’importe quel-le climato-sceptique (espèce À NE PAS protéger selon WWF); n’importe quel-le négationniste, réactionnaire en herbe ou confirmé-e, conservateur ou conservatrice ridé-e qui, entre deux ratés du cœur, dit « c’était mieux avant »; n’importe quel-le libéral-e qui pense que gagner de l’argent, « c’est ce quil y a de mieux à faire dans ce monde de pourri-e-s », tout en étant pourri-e iel-même. Bref, n’importe quel-le con-ne appartenant à la doxa dominante et qui ne jette même pas un œil à la pendule climatique dont les aiguilles approchent dangereusement du gong. Enfin, n’importe qui doutant du bien-fondé des mouvements écologistes – antiracistes et anticolonialistes, LGBT+, féministes, de défense de la cause animale, …- fera l’affaire.

Prends le ou la con-ne.

Creuse un trou assez profond pour qu’iel y rentre en entier.

Plante le ou la con-ne, la tête en bas, en ne laissant dépasser que les pieds.

Ajoute une graine, de préférence celle d’un grand arbre : cette planète doit respirer (d’où la double utilité d’enlever de sa surface surpeuplée les con-ne-s, et de les transformer en beaux ramages verts).

Recouvre le tout de terre saine et riche (tu vois le petit bidon rouge et jaune fluo qui traîne dans ton garage ou celui de ta grand-mère et sur lequel il est écrit « Engrais » ? Laisse-le là où il est. Merci.)

Chaque jour, arrose amoureusement le ou la con-ne et sa graine.

Bientôt, un arbre poussera. Il te procurera de l’ombre et renouvellera ton air, au lieu de te le pomper et de te le retourner vicié. Il te rendra bien le soin que tu lui auras porté, au lieu de te demander d’arrêter de te plaindre et de le remercier pour la pollution de ton espace de vie et de ton cerveau rendues possibles par sa crasse ignorance. En somme, à l’inverse du ou de la con-ne désormais traversé-e par ses racines, l’arbre que tu auras aidé à naître t’octroiera calme, paix, santé et bien-être. Pour toi et ton entourage, humain ou non.

*iels : contraction de « ils » et « elles » ; pronom inclusif. Nous croyons au pouvoir émancipateur de l’écriture inclusive, non-genrée. Si, dans un premier temps, elle peut rendre la lecture un peu fastidieuse, elle finira par laisser place à l’habitude (cf. Editions CAMBOURAKIS, qui emploient différents types d’écriture inclusive).

Si tu as aimé l’article de An. et que tu veux toi aussi publier un article, écris-nous! leslabiorantines@laposte.net)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s